Entretien avec Emmanuelle Rey, autrice de « Droit devant », sélection Prix Cendres 2020

Emmanuelle Rey vit à Marseille et a publié plusieurs récits dans la presse jeunesse. « Droit devant » publié aux éditions Samir, est son premier roman. 

Parlez-nous de la Genèse du Livre. Comment est-il né ?

J’ai commencé à écrire pour les enfants en 2017, et assez vite j’ai eu envie de me lancer dans l’écriture d’un roman pour les ados. Je suis fascinée depuis toujours par les zones de « transit », aéroports, quai de gare, aires d’autoroute… Des endroits où les gens se croisent, chacun en mouvement vers quelque part, quelque chose. Quand j’étais enfant, sur la route des vacances, je m’amusais souvent à inventer l’histoire des familles que je croisais, d’où ils venaient, où ils allaient… Avec Droit devant, j’ai pris ces trois enfants, et je les ai placés sur la route qu’on faisait en voiture pour aller voir mes grands-parents. J’ai écrit le roman dans l’ordre, en laissant le fil de l’histoire se dérouler tout seul, sans savoir vraiment où il allait m’emmener. La fin n’était pas décidée par avance, par exemple. C’était un peu comme vivre ce voyage avec mes personnages. Je me souviens avoir écrit très vite, tous les jours, parce que je voulais connaître la suite et savoir s’ils s’en sortiraient.

Que retenez-vous de cette expérience ?

J’ai adoré écrire ce roman, et l’expérience de travail avec les éditrices de Samir. Elles m’ont permis de l’étoffer, de développer ou d’ajouter certains personnages par exemple qui n’existaient pas dans ma première version et surtout elles m’ont rassurée. Cette expérience m’a donné plus confiance en moi, car je me suis longtemps interdit d’écrire en pensant que ça n’intéresserait personne 🙂 Cela m’a donné envie d’écrire beaucoup d’autres livres ! Je débute encore et je ne sais pas ce que je pourrais transmettre à d’autres auteurs, mais je crois qu’à partir du moment où on a la passion de l’écriture, il ne faut pas avoir peur de se lancer comme ça a été mon cas.

Qu’est-ce que vous aimeriez que votre livre apporte aux ados ?

 Dans le roman, il y a une mère qui ne parvient pas à s’occuper de ses enfants mais qui malgré tout les aime, est capable de leur inventer des mondes extraordinaires… et des enfants qui, même s’ils ont pris la décision de s’en libérer pour avancer, continuent à l’aimer. Ce que dit le roman c’est que dans la vie tout n’est pas noir ou blanc, et que malgré les moments difficiles, même si l’on est encore très jeune, on peut essayer de changer le cours des choses et décider soi-même de ce que sera le reste de sa vie. C’est un message d’espoir que j’espère réussir à faire passer.

Quels sont vos projets pour la suite ?

Continuer à écrire ! J’ai un emploi du temps chargé, car je suis professeure des écoles et maman de trois jeunes enfants, ce qui fait que je cours en permanence après le temps. Alors je n’écris pas autant que je le voudrais, mais je m’accroche ! Mon second roman ado sortira en janvier 2021. J’ai aussi deux projets d’albums qui devraient voir le jour cette année et un roman premières lectures à paraître. Ce que j’aimerais réussir cette année, c’est écrire un roman pour les 8-10 ans, et peut-être un nouveau roman ado !